Vers la fin des années 70, deux jeunes Nendards font des études d’ingénieur du génie rural et de géomètre à l’EPFL, à Lausanne. Avec l’obtention du brevet fédéral de géomètre, ils sont les deux premiers Nendards diplômés dans cette profession. Paul Michelet, de Sornard, a un an d’avance sur le cursus de Narcisse Bourban, de Basse-Nendaz. Mais ils décident de s’associer en revenant au pays. Le Registre du commerce atteste de la date de naissance d’une nouvelle société anonyme, un bureau logiquement baptisé «Michelet-Bourban SA»; c’était le 31 mars 1981.

image357

A peine constitué, le bureau doit affronter un défi majeur: la mise en œuvre des mensurations fédérales du territoire nendard. Un mandat quasi gargantuesque, même s’il ne s’agit alors que d’un premier lot. Il faut s’équiper en matériel et trouver du personnel. Parfois sous l’œil goguenard des bureaux concurrents du Valais central, curieux de voir comment les «jeunets» vont s’en tirer. Très bien. Car après le lot 1, le bureau obtient le lot 2, puis le 3… Trente ans plus tard, le bureau met un terme au… lot 9. Et, palmarès étonnant, il est aujourd’hui le seul du genre à avoir conduit la totalité des mensurations d’une seule et même très grande commune du canton (en surface bien entendu).

En 1988 le bureau obtient son premier gros mandat hors mensurations: les contrôles géométriques de l’aménagement hydroélectrique Cleuson-Dixence. Une nouvelle aventure. 1991 marque un tournant organisationnel. Paul Michelet est nommé au poste de chef du service cantonal des améliorations foncières. Il quitte la société. Narcisse Bourban reprend seul le flambeau; il rebaptise le bureau INGEO SA (contraction des vocables ingénieur et géomètre). Il signe ainsi une volonté d’élargissement de la palette des activités vers les missions du génie rural et civil. Un premier mandat important dans cette nouvelle direction est celui, en 1993, de la construction de l’immeuble Mont-Calme à la station.

image395

Les opportunités sont dès lors saisies pour élargir le rayon d’activité: en ouvrant une succursale à Sion en 1995; une autre à Ayent en 2010; en se spécialisant dans les études de mesures parasismiques dès 2004. Cette dernière évolution ouvre des perspectives – et des chantiers – sur les cantons de Vaud et Genève. Le 31 mars 2011, INGEO SA a soufflé 30 bougies. Pour la circonstance, il s’est offert un logo tout neuf, coup de jeune aux couleurs… du terrain dans lequel il a son quotidien.

ingeo